254 - Dossier Emirats Emirats : une plaque tournante au cœur de la mondialisation

Emirats : une plaque tournante au cœur de la mondialisation

Véritable spot régional, hub logistique incontournable, les Emirats Arabes unis sont « the place to be » pour les entreprises et les entrepreneurs français désireux de s’étendre à l’international et qui s’intéressent à la zone.

Jean Pierre Labry, CEO de Export Pulse est l’un des experts en accompagnement les plus reconnus sur la zone, expert pour BPI Excellence et pour le Medef, Délégué pays de l’OSCI, il a aidé de nombreuses entreprises à se développer aux Emirats qui sont pour lui totalement incontournables pour pénétrer la zone Moyen Orientale.

Jean Pierre Labry, CEO d’export Pulse : Stratégiquement situé au coeur des trois continents,
l’Europe, l’Asie et l’Afrique, les Emirats Arabes Unis ont une position dominante dans la
région du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Qatar, Oman, Kuweit et Bahrein)
qui comprend aujourd’hui 56 millions de consommateurs avec un fort pouvoir d’achat.

« Lorsque je suis arrivé en 1996 à Dubaï, le pays ne recensait que 2,4 millions d’habitants dont une communauté de 350 Français seulement dans la ville : aujourd’hui le pays compte 10 millions de personnes dont 30 000 ressortissants de l’Hexagone, une communauté plus importante que celle de Hong Kong. » explique Jean Pierre Labry.

« Les Emirats Arabes Unis ont joué la carte de la mondialisation et ont l’économie la plus diversifiée du Golfe, avec une activité pétrochimique qui ne représente plus que 16% du PIB en 2017 (contre 39% en 2011). Ces dernières années ont été marquées par un développement exceptionnel de leur infrastructure : tout est fait pour faciliter le monde des affaires, attirer et accueillir les entreprises et investisseurs étrangers. »

Les Émirats se sont véritablement tournés vers l’innovation et la mobilité, et ils en ont fait le thème de l’exposition universelle. Ils s’apprêtent à accueillir plus de 25 millions de visiteurs pour l’EXPO 2020 qui sera sur la zone l’évènement de la décennie.

Jean Pierre Labry est pragmatique, pour lui le développement passe par un suivi local important : il ne suffit pas de se rendre sur place et participer à des salons, la règle la plus importante reste le suivi local, et à plus de 5000 kms, ce n’est pas facile de suivre le rythme et la complexité de ces pays émergents.

« Un autre point important reste la diversité culturelle » reprend Jean Pierre Labry . « Parler l’arabe peut être intéressant si vous travaillez avec des autorités locales (Gouvernement, Ministères …) mais dans le monde des affaires, l’anglais est de rigueur ; un anglais pas toujours très british, mais qu’importe, avec une population émirienne qui ne représente que 12% de la population totale du pays, la seule langue des affaires possible face à cette diversité reste l’anglais. »

 

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés

– Pour vous logger : cliquez ici

– Pour vous abonner : cliquez ici


POUR OBTENIR LE MAGAZINE PDF, CLIQUEZ ICI

 

Advertisement

Abonné Magazine

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous