Actus L’Odyssée de l’international 2

L’Odyssée de l’international 2

L’Odyssée de l’international 2Les exportateurs témoignent de leurs aventures

Nous avons commencé en mars notre série l’Odyssée de l’International, un dossier mensuel à épisodes où nous donnons la parole aux exportateurs. Les énarques qui nous gouvernent incitent les entreprises à doubler leur chiffre d’affaires à l’export mais savent-ils que travailler à l’international n’est pas une opération presse-bouton et vous tous, entreprises qui nous lisez, le savez bien…

Ce sont les initiatives, l’inventivité des Pme, leur moral qu’elles maintiennent au beau fixe contre vents et marées qui porteront la bonne santé du commerce extérieur français. Ce que les entreprises attendent du gouvernement, c’est de l’encouragement, la compréhension de leurs problèmes et des moyens de développement possibles. D’ailleurs, Laurent Fabius reconnaît qu’il faut augmenter le nombre de Pme exportatrices car elles constituent le principal défi de croissance du commerce extérieur français. Aussi nous comptons sur les mesures qu’il compte mettre en place pour aider les entreprises à faire valoir leurs atouts à l’international.

Un exportateur, souvent seul pour prendre ses décisions, doit trouver en lui les ressources nécessaires pour se mettre à l’unisson de ses prospects étrangers et s’insérer dans des réseaux locaux toujours complexes. Bref, son carburant est l’optimisme.

L’optimisme est une force puissante pour un exportateur qui parcourt les pays, rencontre des interlocuteurs qu’il doit cerner ou convaincre. Rien n’est jamais gagné, il doit faire preuve de patience et de tolérance pour créer un courant d’affaire dans la confiance. Ses atouts : être présent, rendre des visites régulières et savoir se fondre avec sympathie dans le paysage local.
Transformer les échecs en bonnes leçons mais se doper à chaque réussite, c’est ce que tous ceux que nous interrogeons nous enseignent. Ne pas croire non plus qu’il est plus facile de travailler dans un pays européen voisin que sur le marché le plus improbable d’Afrique, du Caucase ou d’Asie du Sud Est.
Les précautions à prendre, les comportements à connaître, les risques encourus sont tous différents mais ils sont réels et dans chaque situation il faut sortir de soi pour se projeter sur le marché visé en toute connaissance de cause.

Parmi les multiples qualités nécessaires, optimisme, persévérance et empathie constituent l’équipement de base de l’exportateur, quel que soit le pays qu’il vise.

Contenu du dossier :

  • Christine Cheylan, CHÂTEAU VIRANT – «On ne réussit pas à l’export sans passion ni ouverture d’esprit» p20

L’Odyssée de l’international (suite)
Dossier du magazine n° 224 - avril 2014
PDF feuilletable
Prix: €3.00


Ce dossier est réservé aux abonnés| Pour vous abonner : cliquez ici | Pour vous logger : cliquez ici

Advertisement

Abonné Magazine

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.